Rencontre sans tronçonneuse avec le duo Hype THE CHAINSAW MOTEL

Tcm 720x721 1

Orel et Romain se sont pliés au jeu de l'interview par écrit, la technique n'ayant pas encore rejoint mon pays reculé aux portes de l'Espagne...

WTH : Bonjour Romain et Orel, pouvez-vous pour nos lecteurs nous faire un rapide point sur vos voyages respectifs dans le monde cruel et sans pitié du rock’n’roll ?

Orel : Personnellement j'ai commencé avec le nu metal, et surtout KORN ! « Take a look in the mirror », c'est le tout premier album que j'ai acheté de ma vie, et avec ce sont de gratte abyssale et ce groove basse/batterie ultra tight, je suis tombé instantanément amoureux ! Après la suite logique : SLIPKNOT, COAL CHAMBER, MACHINE HEAD... Puis après je me suis plutôt dirigé vers le Punk Hardcore, Hip Hop, etc.…

Romain : J’ai découvert l’univers du Rock assez tard, vers mes 18 ans, avec le groupe The White Stripes, je suis tombé amoureux et ait décidé de me pencher sur toutes les facettes possibles de ce genre musical et c’est là que j’ai découvert le grunge de ALICE IN CHAINS, le nu metal de DEFTONES et le groove du metal fusion RAGE AGAINST THE MACHINE… Et je pense que ces 3 groupes résument assez bien mes influences : du groove, des riffs catchy et efficace et des mélodies de chants envoûtantes avec des paroles assez sombres.

WTH : Cet album est absolument fascinant, les influences sont tellement diverses, comment vous catégoriseriez vous ?

Orel : On a toujours dit (un peu pour éviter les noms de genre à rallonge) qu'on était un « duo rock ». Même si on vient tous les 2 plutôt du Hardcore et Stoner, on mélange un peu tout ce qu'on aime.

Romain : J’aime faire la blague (nulle) du : « On fait du Rock Stoner Alternatif » → du R.S.A. Vu qu’on est pauvre, je trouve que ça nous va bien ! Mais plus sérieusement, le terme « duo rock » trouvé par Orel résume assez bien la chose.

WTH : Comment composez-vous ?

Orel : Généralement, vu qu'on ne vit pas dans la même ville, on le fait à distance. Romain m'envoie des idées de riffs, je compose une batterie par-dessus puis j'ajoute samples, synths, beats, etc... Romain trouve une mélodie de chant par-dessus tout ça, on écrit des paroles, et voilà !

Romain : Je fais les riffs, plein de riffs, de tous les styles. J’envoie tout à Orel tels des ingrédients et lui fait la popote en assaisonnant avec des samples, des beats, des drums, des synthés etc.
Ensuite, on réécoute ensemble et on voit ce qu’on garde, ce qu’on jette.
Je trouve des mélodies de chant, on écrit ensuite les paroles (Orel en écrit plus que moi) et voilà.

WTH : Les dichotomies dans certains morceaux entre des guitares, des voix trash metal et des refrains trance avec des synthés planants sont exceptionnels et miracle de la musique se complètent parfaitement. Etes-vous magiciens ?

Orel : Non, on suit juste notre inspiration

Romain : Peut-être… Était-ce votre carte ? *sort un roi de trèfle*
Sincèrement ? Pour le premier EP, on a fait du rock assez « classique » dirons-nous. Du coup, pour notre premier album, on s’est dit « Ne nous fixons pas de limites, écrivons, composons et jouons tout ce qui nous passe par la tête et nous fait vibrer ». Vous avez le résultat dans les oreilles et on est ravi que ça vous plaise ;)

WTH : La production est absolument géniale, qui s’en est chargé ?

Orel : Pour cet album on a travaillé avec Valentin Béru à Rennes, nous avions également enregistré notre 1er Ep « Bad Trip & Endless Roads » avec lui. 

WTH : L’album mélange les morceaux aux tempos durs (Deaf God) à des morceaux plus suaves (Fhatgn), avez-vous eu la volonté de présenter un ensemble complètement éclectique de vos talents ?

Orel : Vu que c'est un premier album, j'avoue qu'il y avait un peu de ça lors de la composition.

Romain : Exactement, on le souhaitait un peu, et on adore explorer de nouveaux horizons musicaux.

WTH : Comment envisagez-vous le line up de concerts ? Resterez-vous à deux ou prendrez-vous des amis pour présenter la diversité de votre musique ?

Orel : Ouais on aime bien ce combo-là, c'est comme ça qu'on a commencé au tout départ, du coup on y est un peu attaché.  

Romain : Il est vrai que parfois, je pense à ce que pourrait donner le groupe avec un troisième membre (basse par ex), une voix en plus ou autre… Mais à dire vrai, j’aime ce line-up. J’y suis fortement attaché car on a commencé comme ça.

Csm

WTH : Malgré une foule d’influence, le metal est toujours sur jacent, vous ouvrez aux fans de metal de nouveaux horizons musicaux et surtout à de nouveaux sons

Orel : Je ne pense pas qu'on soit les seuls, heureusement ! Par exemple, il y a toute une vague de « Trap Metal » qui introduit le metal et aussi le punk rock à un public plus jeune, c'est vraiment cool ! Notamment grâce à Travis Barker, qui en ce moment, produit des milliards de collab avec des artistes de la nouvelle génération ! J'ai découvert plein d'artistes vraiment cool grâce à lui ! Le metal est un genre qu'on affectionne particulièrement, avec lequel on a grandi tous les 2, c'est dommage de le voir mourir parce que des « gatekeepers » et autres « true fans » refusent de s'ouvrir à la nouvelle scène. On voit tout le temps les mêmes têtes d'affiches dans les gros festivals.

Romain : Je ne pense pas que les métalleux découvrent quoi que soit grâce à nous, mais si c’est le cas et qu’ils s’ouvrent à des courants qu’ils n’écouteraient pas habituellement, eh bah bingo. Je pense davantage à l’inverse, que ça pourrait faire venir des gens n’écoutant pas de metal à s’y intéresser de plus près. Comme j’aime à le répéter à ceux qui disent « le metal, je n’aime pas, c’est juste du bruit » : Il y a forcément un style de metal qui est fait pour toi ! Car, ce qui est bien avec ce style, ce genre, c’est qu’il peut se mélanger à pratiquement tout. On va trouver du metal oriental, du metal sympho, du rap metal… Donc : de quoi satisfaire tous les goûts.

WTH : Le dernier moreau a des consonnances SKYND avec le mélange hip hop rap, un clin d’œil ?

Orel : Pas nécessairement ce groupe, c'est plutôt quelque chose qu'on observe en ce moment avec des artistes comme GHOSTEMANE, $UICIDE BOY$, ou encore CITY MORGUE.... Ce mélange d'influences sans aucunes limites, c'est très stimulant artistiquement parlant !  

Romain : J’ai découvert SKYND assez tardivement donc le clin d’œil n’était pas prémédité mais la comparaison n’est pas pour me déplaire.
Nous écoutons pas mal de groupe de « rock moderne » qui mélangent justement tous ces styles, et je pense qu’ils ont forcément jouer dans la balance lors de la compo. Je pense à des groupes comme STRANGE BONES, FEVER 333, KING 810, HO99O9 etc.

WTH : Une critique quand même, l’album est vraiment court pour un lp, on s’attend plus à cinquante minutes qu’à même pas quarante…

Orel : Promis, on fera mieux la prochaine fois, haha !

Romain : Je fus le premier surpris. On a pensé en « morceaux » plus qu’en « durée » et on s’est dit que 10 morceaux, ce n’était pas mal pour un premier LP. Plus, ça aurait pu les gens avec notre époque où tout va plus vite, où l’on se lasse vite.
Mais qui sait, la prochaine fois nous composerons peut-être 5 morceaux de rock progressif de 15 min chacun haha !

WTH : Vous avez tous les éléments en main pour frapper fort l’univers metal, avec un style particulier, Allez-vous persévérer ou bien sommes nous en face de la naissance d’un grand groupe de metal français ?

Orel : En tout cas, c'est sûr qu'on ne va pas s'arrêter en si bon chemin ! En plus on a encore plein de compos sous le coude !

Romain : Si vous aviez des oreilles dans nos dossiers de compositions des morceaux à venir, vous seriez surpris d’entendre ce qu’il y a dedans… Le metal sera toujours là, il sera toujours notre pâte. À nous d’y ajouter toutes nos influences pour l’agrémenter comme on l’aime. (Ça se voit que j’aime la bouffe ou pas ?)

WTH : Un dernier mot pour ceux qui vont vous écouter et ceux qui vous aiment déjà ?

Orel : Merci ! On espère que cet album vous plaira, et surtout, on espère vous revoir très vite en concert !

Romain : À ceux qui nous ont écouter : merci de l’avoir fait, d’avoir pris le temps de découvrir notre univers. À ceux qui nous aiment déjà : nous n’avons pas eu le temps de vous rencontrer en live depuis la sortie de cet album pour vous dire qu’on vous aime et qu’on est reconnaissant, alors je vous le dis ici : Merci, je vous aime, je vous suis reconnaissant !

The Chainsaw Motel

Ajouter un commentaire