DIR EN GREY - Élysée Montmartre, Paris - 08-02-2020

2020 1758 3

Se renouveler avec un retour aux sources sur une approche plus actuelle, c’est ce que les Japonais de DIR EN GREY semblent avoir suivie comme ligne directrice. Et c’est un ressenti que nous avons pu avoir lors du dernier passage à Paris du groupe.

C’est la neuvième fois que DIR EN GREY se produisent à Paris depuis 2005 en comptant la double date au Divan du Monde en 2011. Et s’il y a une chose qui ne change pas c’est leurs nombreux fans fidèles au poste depuis toutes ces années. En revanche, ce qui change c’est l’imagerie du groupe. Un écran placé en arrière de la scène servira à illustrer le show pour un spectacle audiovisuel. Il est 20h30, les lumières s’abaissent, la troupe est ponctuelle comme toujours.

Chaque membre arrive tour à tour sur scène sous les acclamations du public avec un Die (guitare) qui arbore une belle chevelure blonde en mode « L’Oréal, parce que je le vaux bien » ! Et c’est bien sûr le chanteur qui fermera la marche avec une arrivée très charismatique où l’on découvre un Kyo grimé en une sorte de mime avec un côté Joker. La fin de l’intro est une très bonne transition pour le premier morceau de ce soir, Zetsuentai qui nous plongera dans l’univers sombre et macabre du combo. La setlist de ce soir sera essentiellement composée de l’album The Insulated World sorti en 2018 qui sera donc joué en intégralité mais pas dans le même ordre. Le public qui était, jusque-là, absorbé par la musique commencera à vraiment bouger sur le second morceau, Ningen wo Kaburu qui mettra littéralement le feu aux poudres.

Le set est parfaitement mené avec maitrise. Ceci-dit il n’est pas non plus mené au millimètre près, le groupe ayant toujours réussi à instaurer un juste milieu pour rester un tant soit peu naturel. On retiendra une très belle interprétation d’excellents titres tel que Devote My Life, Keibetsu to Hajimari ou encore Aka. Petit bémol, la batterie de Shinya produira un son assez étouffé ce qui laisse penser que le son de l’instrument a mal été ajusté. Mais le jeu de batterie du drummer compense largement. Jusque-là le dernier album menait la danse et c’est Merciless Cult issu de l’album Withering To Death qui viendra casser le rythme.  Puis on repart sur The Insulated World avec Downfall suivi par Values to Madness et Keigaku no Yoku. Kyo nous montre de long en large toute la qualité de son expression scénique associé à son chant puissant et maitrisé. On relèvera également qu’il est rentré corps et âme dans son personnage, en particulier au moment où il frappera son micro contre son sa poitrine plusieurs fois de suite.

On sent ensuite qu’on se rapproche tout doucement des rappels sur les premières notes Ranunculus, morceau qui nous prendra littéralement aux tripes et il en sera sur le dernier morceau long de dix minutes avant les rappels, The World of Mercy, nouveau single sorti quelques semaines plus tôt, où le frontman ira jusqu’au bout de l’interprétation de son personnage.

Après une petite pause, DIR EN GREY est de retour sur scène pour les rappels qui dérogera à la règle car les Japonais ont pour habitude de nous ressortir ses classiques comme THE FINAL, Saku ou encore Obscure. Il n’en sera rien cette fois car ils seront composés de Followers, toujours du dernier album, puis THE DEEPER VILENESS issu de l’album The Marrow of the Bone. La fin du concert approche et c’est seulement à ce moment là qu’il y aura un bref échange entre Kyo et le public où il annoncera le « dernier titre », Utafumi. Alors oui, entre guillemets car nous aurons droit à un titre bonus car il s’agit de la dernière date de la tournée ! Après avoir fait mine de nous dire au revoir, le combo nous fera cadeau de Sustain the untruth extrait de l’album Arche. Après quoi, DIR EN GREY quittera la scène en nous saluant une dernière fois.

En bref, un show taillé et parfaitement orchestré avec Kyo qui nous aura interprété un mime torturé de façon magistrale, une excellente présence scénique de la part des musiciens, la puissance des riffs de Die et Kaoru, la lourdeur de la basse de Toshiya, sans oublier l’impressionnante technique de Shinya derrière sa batterie. Ne reste plus qu’à attendre de savoir ce que nous réservera DIR EN GREY lors de son futur passage.

Setlist : 

New SE
1. Zentsuentai
2. Ningen wo Kaburu
3. Rubbish Heap
4. Devote My Life
5. Keibetsu to Hajimari
6. Celebrate Empty Howls
7. Aka
8. Merciless Cult
9. Downfall
10. Values of Madness
11. Keigaku no Yoku
12. Ranunculus
13. The World of Mercy

-En1-
14. Followers
15. THE DEEPER VILENESS
16. Utafumi

-En2-
17. Sustain the untruth

Merci à Christian Delépée pour les photos, ainsi qu'à Anne-Lyse Rieu de Veryshow pour les accréditations.

DIR EN GREY

Ajouter un commentaire