Breakout - IRONWILL

Cover 1

La curiosité est un vilain défaut, mais elle permet de trouver des groupes et des albums de qualité, comme ce Breakout de IRONWILL.

C’est en effet la curiosité qui m’a attiré dans les bras d’IRONWILL. En effet le bassiste n’est autre que Monsieur Tony Franklin, the Fretless Bass Man, qui a écumé tous les grands groupes des années 80 à 90, avec entre autres WHITESNAKE et John Sykes pour ne citer qu’eux. Le groupe est composé d’Ironwill, guitariste et créateur du groupe à mon humble avis, Tony à la basse, de deux chanteurs chacun d’un sexe différent, Kifrah et Piero LeporaleNaraccio à la batterie et Max Bindi aux guitares au soutien d’Ironwill.

L’album est très diversifié et difficile à classer, des morceaux thrash comme As Fast as Rock’n’roll cohabitent avec du groove metal, tel le morceau Step by Step. On a même droit à une balade à la SCORPIONS avec Save Me. La voix féminine n’apporte pas de touche symphonique, et aucun morceau ne vient dire le contraire. Elle chante en solo puis la voix masculine très haut perchée vient la doubler, ce qui donne un rendu très agréable à l’oreille.

L’ensemble est très éclectique mais garde une ligne directrice metal et les deux guitaristes sont très doués, comme le chant. Je ne vous parlerai pas des qualités de Tony qui est fidèle à lui-même tout en se fondant dans le collectif et n’abusant pas de sa réputation de maître du fretless pour respecter l’identité du groupe. Une excellente surprise qui confirme que la curiosité n’est pas vraiment un défaut.

Ironwill

Ironwill

Ajouter un commentaire